Vous avez déjà rêvé de vivre en Europe ? Vous n’êtes pas le seul.
Le problème, c’est que les taux d’imposition traditionnellement élevés du continent ont détourné de nombreux entrepreneurs et investisseurs prospères de l’Europe, les obligeant à explorer les options à fiscalité nulle dans les Caraïbes, au Moyen-Orient ou dans l’océan Pacifique.
Mais ce n’est pas une fatalité. Il n’est pas nécessaire de quitter l’Europe pour Dubaï ou le Panama pour bénéficier de faibles taux d’imposition, à condition d’être prêt à investir un peu de son argent et, éventuellement, de son temps.

Vivre en Europe et payer peu d’impôts

Vivre en Europe et payer peu d’impôts sur le revenu n’est pas une mince affaire. Cependant, c’est possible, et vous n’avez même pas besoin de vivre comme un digital nomal pour y parvenir. Bien sûr, il est possible de passer les trois mois d’été en Europe, puis l’hiver et l’automne plus au sud dans les Balkans ou à l’autre bout du monde en Amérique latine.
Toutefois, un thème récurrent parmi les chefs d’entreprise à sept ou huit chiffres avec lesquels nous travaillons est le désir d’avoir un endroit où se sentir chez soi. Beaucoup d’entrepreneurs et d’investisseurs prospères souhaitent disposer d’un domicile à temps plein et d’une fiscalité minimale, au lieu de traîner leurs valises à travers le monde.
C’est possible en Europe, même si l’on veut combiner cela avec des impôts peu élevés. Si certains pays européens, comme la France, resteront toujours interdits à ceux qui recherchent une excellente planification fiscale, nous avons fait le travail pour vous et identifié 12 pays européens – énumérés ci-dessous – qui sont des alternatives à faible imposition qui valent la peine d’être envisagées.

1. Andorre

L’Andorre offre une généreuse exonération de 24 000 euros sur l’impôt sur le revenu et un taux d’imposition de 10 % au-delà de 40 000 euros.

La pression de l’Union européenne a poussé l’Andorre à mettre en place son tout premier impôt sur le revenu en 2015. Toutefois, l’Andorre reste un paradis fiscal bien situé entre l’Espagne et la France, où les impôts sont élevés.
Réputée pour ses boutiques hors taxes, l’Andorre est un pays montagneux idyllique qui offre des permis de résidence aux investisseurs et aux chefs d’entreprise. Elle s’est positionnée de manière à attirer des personnes aux moyens plus modestes que celles qui sont courtisées par d’autres pays à faible fiscalité, tels que Monaco.
L’Andorre est une destination idéale pour les personnes disposant de plus-values ou d’un patrimoine générationnel, car elle n’applique pas d’impôt sur la fortune, de droits de donation ou de droits de succession. Le seul impôt sur les plus-values est prélevé sur la plupart des ventes de biens immobiliers andorrans. L’impôt sur le revenu bénéficie d’une généreuse exonération de 24 000 euros et n’atteint son taux maximal de 10 % qu’à partir de 40 000 euros.

À moins que vous ne soyez un expert dans votre domaine, il existe plusieurs catégories qui vous permettent de bénéficier d’une résidence fiscale, y compris la réalisation d’un investissement ou la création d’une entreprise.
Vous devrez vous engager à passer 90 jours par an en tant que résident fiscal d’Andorre, à louer ou à posséder un bien immobilier, à conserver une caution et à souscrire une assurance maladie. De nombreux résidents fiscaux sont exemptés du paiement d’impôts déjà peu élevés, en fonction de la manière dont ils perçoivent leurs revenus.
La création d’une entreprise nécessite un capital initial beaucoup moins important : un dépôt de 50 000 euros. Néanmoins, vous devez réellement gérer une entreprise, ce qui signifie que le fait de vivre en Andorre doit faire partie de votre stratégie globale en matière d’entreprise et de fiscalité.
Si vous préférez devenir un résident passif, c’est-à-dire ne pas travailler ni créer d’entreprise dans le pays, vous pouvez investir 600 000 euros en Andorre, notamment dans l’immobilier.
Par ailleurs, la résidence active d’Andorre, le programme de travail indépendant, nécessite un dépôt de 15 000 euros et s’adresse aux entrepreneurs qui souhaitent y résider à temps plein plus de six mois par an. La principale réserve est que vous devez posséder une entreprise en Andorre avant de présenter une demande.

2. La Hongrie

L’impôt sur le revenu en Hongrie n’est que de 15 %.

La Hongrie a un taux d’imposition standard sur le revenu des personnes physiques de seulement 15 % et un taux d’imposition sur les sociétés de 9 %, ce qui en fait l’une des juridictions européennes les plus raisonnables et les plus favorables sur le plan fiscal.
Les dividendes, les plus-values et les intérêts sont imposés à un taux fixe de 15 %, avec une contribution sociale annuelle maximale d’environ 2 000 euros.
Pour être considéré comme résident fiscal, vous devez soit passer 183 jours ou plus en Hongrie au cours d’une année civile, soit y posséder un domicile permanent. Si vous possédez plusieurs résidences dans différents pays, dont la Hongrie, votre centre d’intérêt doit également se trouver sur le territoire.
Les non-résidents ne paient l’impôt sur les sociétés que pour les activités commerciales menées par une société hongroise. Vous pouvez choisir de payer l’impôt sur les sociétés hongrois en dollars américains ou en euros.
Bien que l’impôt sur les sociétés soit peu élevé et que l’impôt sur le revenu des personnes physiques soit raisonnable, la Hongrie est moins favorable à l’immigration que la plupart des autres États membres de l’Union européenne.
Cela dit, la Hongrie a relancé son programme de visa d’or en 2024, offrant aux investisseurs le droit de vivre et de travailler dans le pays pendant dix ans. Il existe trois options pour obtenir le permis de résidence pour investisseur invité :

  • Investir 250 000 euros dans un fonds d’investissement approuvé par le gouvernement pendant au moins cinq ans.
  • Investir 500 000 euros dans l’immobilier résidentiel hongrois.
  • Faire un don non remboursable d’un million d’euros à une institution impliquée dans la recherche scientifique ou les activités artistiques.

3. La Bulgarie

Le taux d’imposition des sociétés en Bulgarie est également de 10 %, soit le deuxième taux d’imposition des sociétés le plus bas de l’UE.

Le taux d’imposition des sociétés en Bulgarie est de 10 %, ce qui en fait le deuxième taux d’imposition des sociétés le plus bas de l’UE, après la Hongrie. Ce pays d’Europe de l’Est a également conclu des conventions fiscales avec de nombreux pays, ce qui pourrait permettre à certains entrepreneurs internationaux de bénéficier d’un traitement fiscal spécial.
Pour établir une résidence temporaire ou permanente en Bulgarie, plusieurs options s’offrent à vous :

  • investir un minimum de 312 000 euros dans l’immobilier
  • créer une entreprise et investir environ 256 000 euros
  • investir environ 3 068 000 euros dans une entreprise bulgare (dont les actions ne sont pas négociées sur un marché réglementé).

Le système fiscal bulgare est simple : il suffit de vivre dans le pays et de payer un impôt de 10 %. Vous pouvez devenir résident fiscal en Bulgarie en y vivant au moins 183 jours par an ou en prouvant au bureau des impôts que la Bulgarie est votre « centre de vie ».
S’il est souvent plus facile de rester dans le pays, le test du « centre de vie » offre une plus grande flexibilité. L’Europe de l’Est est l’une des régions les plus sous-estimées au monde pour y vivre, même si certains préfèrent vivre en Serbie ou en Roumanie lorsqu’il s’agit des Balkans.
Cela dit, la Bulgarie a l’avantage d’être un pays relativement simple à gérer, avec des comptes bancaires faciles à ouvrir et un important secteur de sociétés offshore à faible taux d’imposition qui attire beaucoup d’entrepreneurs et de capitaux.

4. La République tchèque

Bien qu’il s’agisse d’une destination touristique de premier plan en Europe, le coût de la vie à Prague est l’un des moins élevés d’Europe centrale.

La République tchèque est souvent ignorée en tant que juridiction à faible fiscalité, malgré ses taux d’imposition sur le revenu des personnes physiques et sur les sociétés, qui sont parmi les plus raisonnables d’Europe.
La République tchèque est depuis longtemps une destination attrayante pour les étrangers. Prague, en particulier, figure régulièrement sur les listes des meilleures villes européennes.
En tant qu’option de résidence à faible taux d’imposition, la République tchèque convient le mieux aux citoyens de l’Union européenne. En effet, les travailleurs indépendants européens peuvent non seulement bénéficier d’un taux d’imposition forfaitaire de 15 %, mais aussi appliquer une déduction fiscale forfaitaire en lieu et place des dépenses réelles.
Pour la plupart des chefs d’entreprise, la somme forfaitaire peut réduire l’impôt forfaitaire de 40 % ou 60 %, ce qui laisse un taux d’imposition effectif de 6 % à 9 % pour les entrepreneurs indépendants.
Comme dans la plupart des autres pays de l’Union européenne, une planification fiscale précise est nécessaire si vous choisissez de vivre en République tchèque – par exemple, vous devrez louer ou posséder un logement réel. En revanche, le coût de la vie à Prague est étonnamment bas, compte tenu de la popularité de la ville auprès des touristes et des nomades digital.

5. La Géorgie

La Géorgie offre un paysage touristique varié. Par exemple, Mtskheta, en Géorgie, abrite un site classé au patrimoine mondial de l’UNESCO.

Si la Géorgie n’est pas au centre de l’Europe, sa position dans le Caucase la place carrément entre l’Europe de l’Est et l’Asie.
En Géorgie, tous les revenus des particuliers sont soumis à un taux d’imposition forfaitaire de 20 %. Toutefois, dans le cadre d’un régime fiscal spécial, les personnes dont le chiffre d’affaires annuel est inférieur à 30 000 lari géorgiens (GEL) (environ 11 000 USD) et qui s’enregistrent en tant que micro-entreprises sans employés ne sont pas imposées sur leur revenu d’entreprise.
Tous les secteurs d’activité ne bénéficient pas de cette mesure, mais si c’est le cas du vôtre, vous pouvez demander un certificat de petite entreprise et payer 1 % du revenu si vous gagnez jusqu’à 500 000 GEL par an (environ 180 000 USD). Si vous dépassez la limite de 500 000 GEL, vous pouvez toujours prétendre au statut de petite entreprise si vous ne dépassez pas le seuil de revenu pendant deux années consécutives. En outre, les résidents ne sont pas imposés sur leurs revenus mondiaux, qui comprennent les revenus nationaux et internationaux.
Il est donc facile de créer une structure internationale et de payer un impôt sur les sociétés très faible tout en étant un résident légal de la Géorgie. Il est également possible de maintenir un domicile à temps partiel en Géorgie sans encourir d’obligations fiscales.
Vous pouvez même devenir résident fiscal sans vivre en Géorgie si vous pouvez justifier d’une richesse ou d’un revenu élevé. Tbilissi, la capitale de la Géorgie, n’est pas Paris, mais la Géorgie est l’un des pays les plus sûrs au monde.

6. Gibraltar

Gibraltar offre des visas de résidence aux investisseurs fortunés prêts à payer un impôt forfaitaire annuel.

Gibraltar est un choix populaire pour les citoyens britanniques à la recherche d’une résidence à faible taux d’imposition, mais il n’est pas seulement ouvert aux Britanniques – les avantages fiscaux de Gibraltar sont accessibles à tous.
Niché à l’extrémité sud de la péninsule ibérique, à la frontière nord de l’Espagne, Gibraltar est un territoire britannique d’outre-mer, ce qui signifie qu’en tant que pays souverain, il est en mesure de définir sa propre politique fiscale. Gibraltar a un système d’impôt sur le revenu étrangement progressif puis régressif, avec des taux dans son système basé sur le revenu brut (GIBS) allant de 7 % à 30 %.

Il existe deux façons de devenir résident fiscal à Gibraltar : créer une société ou justifier d’un patrimoine élevé. Comme c’est généralement le cas avec ces programmes, il est plus facile pour les entrepreneurs de se qualifier en créant une société, mais il est plus facile de prouver sa richesse à long terme.
La méthode HEPSS (High Executive Possessing Specialist Skills) permet aux cadres des sociétés gibraltariennes de payer un impôt maximum sur leur salaire. Avec la méthode HEPSS, vous devez gagner plus de 120 000 livres sterling par an pour être éligible et l’obligation fiscale est limitée aux premiers 160 000 livres sterling de votre salaire – ce qui équivaut actuellement à une charge fiscale totale de 39 940 livres sterling.
Le programme de visa de catégorie 2 est également attrayant, mais il faut disposer d’un patrimoine net de 2 millions de livres sterling (2,5 millions de dollars américains) pour pouvoir en bénéficier. Il y a peu de conditions à remplir pour prouver ce niveau de richesse, la principale étant d’acheter ou de louer une maison « qualifiante ». En dehors de ces conditions, vous pouvez exercer presque n’importe quelle activité sur le territoire de Gibraltar.
Dans le cadre du visa de catégorie 2, les personnes ne sont tenues de payer l’impôt sur le revenu que sur les 118 000 premiers livres sterling de leur revenu annuel mondial, conformément au système basé sur les allocations, l’impôt annuel à payer étant compris entre 37 000 et 44 740 livres sterling. Si la partie imposable de votre revenu est inférieure à 118 000 livres sterling, vous paierez 37 000 livres sterling et, si elle est supérieure, vous paierez 44 740 livres sterling.

7. Malte

Malte permet aux citoyens étrangers de payer une taxe forfaitaire annuelle et d’exonérer leurs revenus étrangers de l’impôt maltais.

La petite île de Malte est membre de l’espace Schengen et de l’Union européenne. Elle a mis en place certains des programmes fiscaux les plus favorables de l’UE, tant pour les résidents fiscaux individuels que pour les sociétés, avec des taux d’imposition sur les sociétés aussi bas que 5 % pour les sociétés non résidentes.
Malte propose trois options de résidence fiscale :

  • le programme de résidence globale (GRP)
  • Le programme de résidence permanente de Malte (MPRP)
  • Résidence fiscale non domiciliée.

En tant que résident fiscal non domicilié à Malte, vous ne payez l’impôt que sur les revenus gagnés ou transférés dans le pays.
Malte dispose depuis longtemps d’un programme de résidence à tarif fixe, qui est présenté ici (Comment obtenir la résidence à Malte), tandis que son programme de résidence globale est devenu le deuxième programme de résidence permanente de choix.
Contrairement à Andorre et à Monaco, Malte n’exige aucune présence physique, ce qui signifie que vous pouvez établir votre résidence sans pour autant y vivre. En outre, le pays s’enorgueillit de réduire la bureaucratie : par exemple, il permet même aux résidents d’inclure du personnel domestique dans leur demande (comme dans le programme MM2H de la Malaisie).
Les résidents fiscaux maltais ne sont pas soumis à l’impôt à Malte sur les revenus d’origine étrangère conservés en dehors du pays. En outre, ils ne sont pas soumis à l’impôt sur les plus-values étrangères, même si celles-ci sont versées sur un compte bancaire maltais.
Les autres revenus, y compris les pensions, peuvent être imposés une seule fois à un taux forfaitaire de 15 % grâce au réseau de conventions fiscales de Malte. Le coût du maintien de la résidence fiscale à Malte est un « impôt minimum » forfaitaire de 15 000 euros payable chaque année. Avec une planification adéquate, cela devrait également être l’impôt maximum.

8. Monaco

Monaco n’a pas d’impôt sur le revenu des personnes physiques.

Bien que Monaco ne soit pas membre à part entière de l’Union européenne, il participe de facto à l’espace sans frontières de Schengen, ce qui offre d’excellentes possibilités de voyage. L’exclusivité du pays et sa proximité avec la France et le reste de l’Europe en font une résidence fiscale plus attrayante que d’autres pays isolés à fiscalité nulle.
L’impôt sur le revenu des personnes physiques est toujours de 0 % à Monaco, tandis que l’impôt sur les sociétés est désormais fixé à 25 %. Mais la résidence fiscale à Monaco est réservée aux entrepreneurs et aux investisseurs les plus fortunés. Elle nécessite un dépôt bancaire de 500 000 euros et l’achat (ou, dans certains cas, la location) d’une propriété sur place.
Elle est également réservée à ceux qui souhaitent réellement y vivre : un résident fiscal doit passer 183 jours par an pendant les neuf premières années, après quoi il peut obtenir ce qui est en fait une résidence permanente.
Si vous êtes intéressé, vous pouvez consulter notre guide sur la résidence et la citoyenneté monégasques.

9. Le Monténégro

Le Monténégro a un faible taux d’imposition sur les sociétés et est l’un des pays d’Europe où il est le moins coûteux de créer une entreprise.

Le Monténégro peut se targuer d’avoir l’un des taux d’imposition sur le revenu des personnes physiques et des sociétés les plus bas d’Europe, avec des taux progressifs allant de 9 à 15 %.
Comme beaucoup de ses voisins des Balkans occidentaux, le Monténégro a cherché à attirer les entreprises dans son petit pays en abaissant les taux d’imposition. Alors que presque toute l’Europe de l’Est offre des taux d’imposition plutôt raisonnables, le Monténégro a la particularité d’être un pays où l’on a envie de vivre. Connu par les habitants sous le nom de Crna Gora, le Monténégro est un endroit magnifique à visiter pendant la saison estivale.
Le gouvernement du Monténégro semble avoir joué sur cette notion, en invitant les investisseurs étrangers à développer des stations balnéaires de luxe sur son littoral immaculé, dans le but de devenir le joyau de la mer Adriatique.
Le pays permet aux étrangers qui achètent une propriété résidentielle d’obtenir une résidence temporaire, renouvelable chaque année. Si vous vivez au Monténégro la majeure partie du temps, vous deviendrez résident fiscal et devrez payer le taux forfaitaire de 15 % sur vos revenus.
Bien que le Monténégro ne soit pas un pays à fiscalité nulle pour les résidents à temps plein, il constitue une base d’accueil très attrayante, principalement pour les Européens à la recherche d’une résidence légitime à faible fiscalité.

10. Le Portugal

Bien que le Portugal soit un pays à fiscalité élevée, les étrangers peuvent bénéficier d’une exonération fiscale de dix ans pour les résidents non habituels, qui leur permet d’exonérer jusqu’à 100 % de leurs revenus de l’impôt portugais.

La plupart des gens n’associent pas le Portugal aux pays à faible fiscalité. Dans la plupart des cas, ils ont raison : le Portugal n’est guère favorable au résident moyen sur le plan fiscal, les impôts variant de 13,25 % à 48 % sur le revenu des personnes physiques.
Les expatriés ont pu bénéficier d’un programme de résident non habituel (RNH) d’une durée de dix ans qui leur permettait d’exonérer jusqu’à 100 % de leurs revenus de l’impôt portugais. Toutefois, pour des raisons politiques, à savoir une crise du logement et une hausse de l’inflation, le Portugal a modifié le régime fiscal des RNH et supprimé les incitations à l’achat de biens immobiliers par les investisseurs dans le cadre du programme portugais de visas dorés.
Ces changements signifient que le Portugal n’accepte plus les demandes de NHR et que les personnes qui deviendront résidents fiscaux au Portugal en 2024 ne pourront plus s’enregistrer.
Cependant, une nouvelle incitation fiscale pour la recherche et l’innovation a été créée pour 2024 : le régime d’incitation fiscale pour la recherche scientifique et l’innovation (IFICI). Ce nouveau régime, parfois appelé NHR 2.0, vise à attirer les personnes exerçant des professions spécifiques telles que l’enseignement, la recherche scientifique et d’autres domaines de haute technologie ou axés sur l’innovation.
Ses principales caractéristiques sont un taux d’imposition forfaitaire de 20 % sur les revenus professionnels générés au Portugal et une large exonération de la plupart des revenus d’origine étrangère, à condition qu’ils puissent être imposés dans le pays d’origine en vertu d’une convention de double imposition (CDI).
Comme le régime NHR initial, il est conçu pour une durée de 10 ans et, pour en bénéficier, les candidats ne doivent pas avoir été résidents fiscaux au Portugal au cours des cinq années précédentes, ne doivent pas avoir bénéficié de l’ancien régime NHR et doivent être impliqués dans l’une des activités éligibles spécifiées.
Cette réorientation stratégique reflète la volonté du Portugal de développer une économie davantage axée sur l’innovation et de tirer parti de ses capacités scientifiques et technologiques pour attirer les talents et les investissements étrangers.

11. La Suisse

La Suisse a été l’un des premiers pays à permettre aux contribuables fortunés de négocier avec ses cantons un impôt annuel forfaitaire de 11,5 % maximum.

Il ne fait aucun doute que la Suisse est devenue moins accueillante en termes d’immigration et de services bancaires au cours des dernières années. Cela dit, elle reste l’un des pays les plus sûrs et les plus respectés au monde, situé au cœur de l’Europe. Bien que la Suisse soit loin d’être un pays bon marché, son niveau de vie est l’un des plus élevés au monde et son taux maximal d’imposition sur le revenu des personnes physiques n’est que de 11,5 %.
La résidence en Suisse offre un air de légitimité que beaucoup d’autres résidences à faible imposition ne peuvent égaler, avec deux options au choix.
La première consiste à créer une nouvelle société en Suisse et à embaucher des employés locaux. Cette société paiera l’impôt sur le revenu des sociétés en fonction du canton (région) dans lequel elle est constituée, et son gérant paiera l’impôt sur le revenu suisse.
L’autre méthode d’imposition, plus courante et moins élevée, pour vivre en Suisse est la méthode de l’imposition forfaitaire, également connue sous le nom d' »imposition d’après la dépense ». Selon cette méthode, une famille peut s’installer en Suisse et payer un impôt forfaitaire annuel basé sur le coût de la vie plutôt que sur le revenu réel.
En règle générale, il faut s’attendre à payer au moins 150 000 dollars et jusqu’à 1 million de dollars d’impôt forfaitaire par an, selon le canton dans lequel vous souhaitez vivre.
L’imposition forfaitaire signifie que vous ne pouvez pas vivre à Zurich (ce canton a aboli l’option en 2010). Si votre revenu mondial dépasse 1 million de dollars par an, le fait de conserver votre domicile et votre résidence fiscale en Suisse vous permettra de bénéficier d’un taux d’imposition modéré. Si vos revenus se chiffrent en millions, la Suisse pourrait réduire votre taux d’imposition à moins de 10 %, en fonction des négociations avec les autorités fiscales cantonales.

12. Le Royaume-Uni

Le Royaume-Uni est loin d’être un paradis fiscal, mais il existe certaines exemptions à la règle en matière de taux d’imposition, dont vous pouvez profiter si vous êtes un entrepreneur fortuné.

À l’instar du Portugal, le Royaume-Uni n’est pas exactement un paradis fiscal pour tout le monde, mais – jusqu’à présent du moins – il l’a été pour un groupe restreint de personnes fortunées. En jouant sur la différence entre domicile et résidence, certains citoyens étrangers peuvent vivre à Londres et payer un impôt forfaitaire annuel.
Ce système de non-dom a été très médiatisé grâce à des milliardaires du Moyen-Orient et de Russie qui ont élu domicile au Royaume-Uni, tout en niant qu’ils y géraient leurs affaires. Comme leurs revenus proviennent d’une source étrangère, ils peuvent être imposés sur la base des transferts de fonds ; en d’autres termes, ils conservent leurs revenus en dehors du Royaume-Uni, ce qui signifie qu’ils ne sont pas soumis à l’impôt. L’obtention du statut de non-dom au Royaume-Uni nécessite un investissement substantiel, mais les avantages fiscaux l’emportent généralement sur les coûts initiaux.
Toutefois, il semble que les non-doms britanniques ne soient plus en mesure de s’acquitter de leurs obligations fiscales. Il semble que le Royaume-Uni soit sur le point de mettre fin à plus de deux siècles d’existence de l’option « non-dom ». Le chancelier britannique Jeremy Hunt a annoncé dans son discours sur le budget 2023 que le statut de non-dom serait progressivement supprimé à partir d’avril 2025. Ce changement a provoqué une onde de choc au sein de la communauté des non-dom britanniques, dont beaucoup auraient déjà quitté le pays.
Alors que des pays comme le Portugal et le Royaume-Uni suppriment des régimes fiscaux avantageux, il est plus important que jamais de comprendre les implications de ce changement et d’adapter ses projets.

Retour en haut